Dysfonctionnement temporomandibulaire

Dysfonctionnements temporomandibulaires et des douleurs orofaciales

Les symptômes de la douleur orofaciale peuvent apparaître sous une forme discrète (en cas d’interventions post-opératoires sur le visage ou dans un contexte oncologique) ou sous une forme plus intense (dysfonctionnement de l’articulation temporomandibulaire, douleur neuropathique, maux de tête ou migraines).

Les symptômes de la douleur orofaciale peuvent apparaître sous une forme discrète (dans les cas post-opératoires d’interventions sur le visage ou dans un contexte oncologique) ou sous une forme plus intense (dysfonctionnement de l’articulation temporomandibulaire, douleur neuropathique, maux de tête ou migraines).

Les diagnostics les plus courants chez les personnes souffrant de douleurs orofaciales sont les suivants : dysfonctionnement de l’articulation temporomandibulaire, maux de tête en salve, rhinosinusite, migraines, céphalées de tension, pathologie buccale (syndrome de la bouche brûlée, lichen plan buccal).

La douleur orofaciale comprend

  • Dysfonctionnement de l’articulation temporomandibulaire;
  • Douleur des muscles masticateurs cervicofaciaux
  • Douleur neurovasculaire faciale;
  • Douleur neuropathique faciale;
  • Maux de tête;
  • Migraines;
  • Douleur d’origine orale.
AGENDAR CONSULTA

Traitement des dysfonctionnements temporomandibulaires

L’articulation Temporo-mandibulaire

Chaque personne possède deux articulations temporomandibulaires, une de chaque côté de la mâchoire. L’articulation temporomandibulaire a des mouvements principalement glissants (la seule articulation du corps humain ayant des mouvements dans les trois axes), grâce à la contribution d’un réseau musculaire complexe et à une anatomie très particulière. L’articulation temporomandibulaire est divisée en composants osseux (condyle mandibulaire et fosse temporale), en composants fibrocartilagineux (disque articulaire), en composants synoviaux (membrane et liquide synoviaux) et en composants musculaires (chaînes musculaires cervicofaciales).

Entre le condyle mandibulaire et la fosse temporale se trouve un disque articulaire. Ce disque peut être déplacé (hors de sa place) dans certains cas de dysfonctionnement temporomandibulaire. Ce déplacement du disque peut être responsable de douleurs dans l’articulation temporomandibulaire, de difficultés à ouvrir la bouche, de claquements dans l’articulation temporomandibulaire, de blocages de l’articulation temporomandibulaire.

L’articulation temporomandibulaire (ATM) est située devant l’oreille et vous permet d’effectuer des mouvements essentiels tels que mâcher, parler, sourire et même bailler. En moyenne, l’articulation temporomandibulaire est déplacée 2000 fois par jour. Normalement, vous ne remarquez pas cette articulation au quotidien. Lorsque cette articulation est douloureuse, craque ou limite l’ouverture normale de la bouche, on parle de l’ATM. Lorsque cette articulation est dysfonctionnelle, on dit qu’il y a un dysfonctionnement de l’ATM (TMD).

Les muscles cervico-faciaux

Le mouvement de l’articulation temporomandibulaire dépend des muscles cervico-faciaux. C’est la relation harmonieuse entre la contraction de certaines chaînes musculaires et le relâchement d’autres, de manière inconsciente, qui vous permet de parler, de mâcher, de bailler, etc… La plupart des personnes souffrant de troubles de l’ATM ont également des problèmes avec leurs muscles cervicaux et faciaux, pourquoi ?

La réponse est simple: chaque fois que vous contractez excessivement les muscles de la mastication, vous surchargez également l’articulation temporomandibulaire, ce qui provoque un stress intra-articulaire important. Ce stress peut être si important qu’il fait passer le disque de sa position normale à une position anormale.

Le stress et l’anxiété sont des phénomènes qui contribuent à une grande surcharge musculaire, notamment au niveau des chaînes musculaires cervicales et masticatoires. Qui n’a pas senti ses dents se serrer dans les moments de stress ? Ce serrement constant des dents provoque une tension prolongée dans les muscles, ce qui finit par avoir un effet négatif en provoquant d’importantes lésions musculaires.

Ces lésions musculaires se traduisent par des douleurs, une fatigue musculaire, des céphalées de tension, et parfois elles peuvent provoquer des acouphènes chez certaines personnes. Il est normal qu’ils signalent une douleur ressemblant à un grincement, constante tout au long de la journée dans la zone des masséters et des temporaux.
10
Le mouvement de l’articulation temporo-mandibulaire dépend des muscles cervico-faciaux. C’est la relation harmonieuse entre la contraction de certaines chaînes musculaires et la décontraction d’autres, de manière inconsciente, qui nous permet de parler, de mâcher, de bâiller, etc. La plupart des patients qui présentent des changements de l’ATM, présente aussi des conditions des muscles cervico-faciaux, pourquoi ?

Les causes du dysfonctionnement de l’articulation temporomandibulaire

Chez de nombreuses personnes, il est difficile de déterminer exactement la cause du problème de l’articulation temporomandibulaire. Il est connu que le stress, l’anxiété, les traumatismes de l’articulation temporomandibulaire contribuent à une charge excessive sur l’articulation temporomandibulaire, ce qui peut entraîner des douleurs et une inflammation de l’ATM.

Cette surcharge peut déplacer le disque de sa position normale. Ce déplacement du disque peut être associé à une douleur dans l’articulation temporomandibulaire, douleur qui peut aller de légère à très intense, à des blocages de la bouche lors de la mastication, qui peuvent aller de légers à sévères, et/ou à des claquements de l’articulation temporomandibulaire.

Signes Et Symptômes

Les symptômes les plus fréquents des DTM sont les suivants :

  • Douleur au niveau de l’articulation
  • Entendre/sentir des craquements en bougeant la mâchoire
  • Sensation de bouche coincée ou bloquée
  • Difficulté à ouvrir la bouche
  • Douleur à la tête (qui s’étend souvent au cou et au dos) ;
  • Sensation de sable dans l’articulation,
  • Fatigue dans les muscles de la mastication.
AGENDAR CONSULTA

Diagnostic



Dans l’historique clinique, on vous demandera quand vous avez commencé à ressentir vos plaintes, comment la maladie a évolué, si vous avez eu des traitements antérieurs, quel niveau de douleur vous avez ressenti au cours des six derniers mois, si vous sentez que l’incapacité d’ouverture de votre bouche s’est aggravée. Pour vous aider, vous pouvez et devez réfléchir à l’historique de votre dysfonctionnement temporomandibulaire et le consigner.

Lors de l’examen objectif, le médecin-dentiste effectuera quelques tests sur votre articulation qui, avec les antécédents médicaux et les questionnaires, aideront à établir le diagnostic.

Après la première consultation, il sera peut-être nécessaire de demander : 
• IRM des articulations temporomandibulaires et/ou
• CT scan des articulations temporomandibulaires et/ou
• Orthopantomographie et / ou 
• Radiographie frontale

Dans certaines situations, l’arthroscopie de l’articulation temporomandibulaire peut également être utilisée comme moyen de diagnostic.

Traitements des douleurs temporomandibulaires

Traitements Non Chirurgicaux

Traitement Pharmacologique

Une ordonnance peut être nécessaire pour contrôler les symptômes. Les médicaments les plus couramment utilisés sont les anti-inflammatoires, les relaxants musculaires, les antidépresseurs et les antiépileptiques.

Traitement Conservateur Non Pharmacologique

Il est possible que l’on vous prescrive des casques/plaques de relaxation, des appareils de rétroaction biologique auditive, de la physiothérapie ou de l’acupuncture pour contrôler vos symptômes.

Mésothérapie avec la toxine de type a

Un protocole unique de traitement des muscles cervicaux et faciaux par la toxine contribue aux résultats à long terme. Ce protocole permet de contrôler les douleurs musculaires, de détendre l’ensemble de la musculature et de rééduquer les muscles cervicofaciaux. Elle permet non seulement de soulager les symptômes de la douleur, mais aussi d’améliorer la fonction masticatoire.

Psychothérapie

Dans certaines situations, des séances de psychothérapie sont recommandées.

Traitements Chirurgicaux

Arthrocentèse de l’articulation temporomandibulaire

L’arthrocentèse de l’articulation temporomandibulaire est une technique peu invasive, réalisée la plupart du temps sous anesthésie locale. Son objectif principal est d’éliminer les médiateurs inflammatoires responsables de la douleur, de diminuer la pression intra-articulaire, de libérer les adhérences fibreuses intra-articulaires et d’hydrater/lubrifier l’ATM.

Dans les phases initiales des problèmes de l’articulation temporomandibulaire, le disque et l’articulation sont affectés par un processus inflammatoire responsable de la douleur. Cette technique élimine ces médiateurs inflammatoires, contribuant ainsi à réduire la douleur de cette articulation. La surcharge articulaire augmente fortement la pression intra-articulaire et cette technique permet de réduire cette surcharge. Dans les cas très précoces et particuliers, elle permet de repositionner le disque.

Dans ces situations, il existe une déshydratation importante du disque et de l’articulation, c’est pourquoi une substance visqueuse (acide hyaluronique) est injectée. Cela permettra à l’ATM et au disque articulaire d’être hydratés, contribuant ainsi à un mouvement harmonieux de l’articulation temporomandibulaire. Toute cette procédure se fait avec de fines aiguilles, il n’y aura donc pas de cicatrice et vous pourrez sortir de l’hôpital 30 minutes après l’intervention.

Arthroscopie de l’articulation temporomandibulaire

L’arthroscopie est une technique largement utilisée en médecine. Il permet des interventions chirurgicales peu invasives dans diverses articulations du corps humain, comme l’articulation temporomandibulaire.

C’est le Dr Onishi qui a introduit pour la première fois un arthroscope dans l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) en 1975. C’était le début de la chirurgie mini-invasive pour le traitement des problèmes intra-articulaires de l’ATM. Cette technique permet d’introduire une très petite caméra à l’intérieur de l’articulation et d’établir un diagnostic précis. Elle permet également de réaliser de petites interventions pour repositionner le disque, traiter les zones d’inflammation chronique intra-articulaire, éliminer les adhérences de l’articulation, etc.

Il existe de nombreuses études scientifiques de qualité recommandant l’arthroscopie pour les traitements intra-articulaires, avec des taux de réussite supérieurs à 90% dans certaines séries. Cette technique permet une récupération rapide et laisse une petite marque pratiquement imperceptible sur la peau. La personne peut sortir de l’hôpital 6 à 8 heures après l’intervention.

Chirurgie ouverte de l’articulation temporomandibulaire

La chirurgie ouverte est réservée aux cas plus complexes. Il existe différentes techniques de chirurgie ouverte dont vous pouvez discuter avec votre spécialiste. Par cette approche, une prothèse de l’articulation temporomandibulaire peut être placée.

Autres pathologies fréquentes à l’origine de douleurs orofaciales

Rhinosinusite

La rhinosinusite est l’inflammation de la cavité nasale et des sinus. Les personnes présentant une obstruction nasale, un écoulement nasal et des changements d’odeur sont susceptibles d’avoir une rhinosinusite comme cause de la douleur orofaciale. L’European Headache Society a validé la rhinosinusite aiguë comme une cause de douleur orofaciale.

On sait que la rhinosinusite touche environ 5 à 15 % de la population européenne. Selon l’ European Position Paper on Rhinosinusitis and Nasal Polyps (EPOS), la rhinosinusite est définie par la présence de 2 symptômes ou plus, dont l’un doit inclure une congestion/obstruction nasale ou un écoulement nasal antérieur/postérieur. La confirmation du diagnostic nécessite une endoscopie nasale (réalisée en consultation) ou une tomodensitométrie (CT) des sinus.

Ainsi, il est peu probable que la rhinosinusite soit la cause de la douleur orofaciale chez un individu qui ne présente pas de symptômes nasaux.

Douleur de rhinosinusite

La rhinosinusite peut être aiguë ou chronique si la durée des symptômes est respectivement inférieure ou supérieure à 12 semaines. Si elle est chronique, elle est classée en rhinosinusite chronique avec polypes nasaux et rhinosinusite chronique sans polypes nasaux.

Douleur Chronique

La douleur dans la rhinosinusite chronique sans polypes est très rare, sauf en cas de poussées aiguës. Dans la rhinosinusite chronique avec polypes, la douleur est encore plus rare, et les symptômes prédominants dans ce cas sont l’obstruction nasale et l’absence d’odeur.

Douleur Aiguë

Au contraire, la douleur dans la rhinosinusite aiguë est généralement sévère et unilatérale, et dans le cas où elle affecte le sinus maxillaire, elle peut également inclure des maux de dents.

La présence de douleurs dans une rhinosinusite est préoccupante car l’infection bactérienne active peut entraîner, en l’absence de traitement, des complications (abcès orbitaire, méningite, abcès cérébral).

Diagnostic De La Rhinosinusite

2 symptômes ou plus :

  • Congestion / obstruction nasale;
  • Écoulement nasal antérieur / postérieur;
  • Douleur/pression du visage
  • Altération de l’odorat;

 

et la présence de :

  • Changements dans l’endoscopie nasale ;
  • Altérations du scanner des sinus.

La Céphalée De Tension

Signes Et Symptômes

La céphalée de tension est le mal de tête le plus fréquent dans la population, la prévalence de la céphalée de tension épisodique est d’environ 80 %. En raison de sa prévalence élevée, ce type de céphalée est responsable d’un handicap et d’un impact socio-économique importants.

Il existe deux sous-types de céphalées de tension : épisodiques (les plus fréquentes) et chroniques.
Dans les céphalées de tension épisodiques, les plus fréquentes, le mal de tête apparaît généralement dans le contexte d’un événement de stress émotionnel et se caractérise par :

  • Douleur légère à modérée
  • Douleur des deux côtés du visage (bilatérale)
  • Douleur caractérisée par une sensation d’oppression ou une douleur de type « casque »
  • Douleur qui ne s’aggrave pas avec l’activité physique quotidienne
  • La douleur et la gêne peuvent être associées à une raideur ou une gêne au niveau de la nuque
  • La douleur peut durer de quelques minutes à plusieurs jours
  • Douleur qui répond habituellement à un traitement analgésique

La forme chronique évolue à partir de la forme épisodique et les caractéristiques cliniques de la douleur sont similaires. Les céphalées surviennent ≥ 15 jours par mois, pendant plus de 3 mois par an, et peuvent durer de quelques heures à quelques jours ou être continues.

Diagnostic

Le diagnostic clinique dépend de l’histoire clinique et d’un examen neurologique détaillé.

Traitement Non Pharmacologique

Exercice physique régulier et sommeil suffisant.

Traitement Pharmacologique

Les traitements pharmacologiques sont adaptés aux différents cas. Certains traitements peuvent être effectués avec la toxine de type A.

La Migraine

La migraine est une pathologie très fréquente dans le monde. La migraine représente la deuxième cause de morbidité chez les femmes et la cinquième chez les hommes. Elle est plus fréquente chez les femmes (généralement à l’adolescence, avec un pic dans la 3e décennie, puis une diminution avec l’avancée en âge). L’apparition de la migraine après l’âge de 50 ans n’est pas très fréquente.

Signes Et Symptômes

La migraine est une maladie neurologique qui se manifeste par des épisodes de maux de tête intenses et invalidants.

Manifestations cliniques

Il existe deux principaux sous-types : la migraine sans aura (la plus fréquente) et la migraine avec aura.

Migraine sans aura

  • Épisodes de maux de tête durant de 4 à 72 heures
  • Céphalée généralement unilatérale
  • Douleur modérée à sévère
  • Peut avoir une sensation pulsatile
  • Peut être aggravé par une activité physique de routine
  • Peut être associée à des nausées / vomissements
  • Peut être associé à la photophobie (phobie de la lumière)
  • Peut être associée à la phonophobie (phobie du bruit)

Migraine avec aura


Dans ce sous-type, les épisodes de céphalées présentent les caractéristiques mentionnées ci-dessus ainsi comme, les personnes présentent des signes/symptômes neurologiques transitoires appelés aura.

En général, ces manifestations neurologiques précèdent ou accompagnent l’épisode de céphalée et durent moins de 60 minutes.

Les auras les plus fréquentes sont des phénomènes visuels qui peuvent se manifester de différentes manières, mais qui consistent le plus souvent en des éclairs lumineux, des taches sombres en forme de mosaïque ou des images lumineuses en zigzag. Dans d’autres cas, l’aura peut être sensorielle – changements de sensation sur le visage ou sur un côté du corps, comme des picotements ou un engourdissement ; ou elle peut avoir une atteinte du langage ou de la force musculaire.

Contrairement à la migraine épisodique, la migraine chronique se caractérise par plus de 15 jours par mois de céphalées, dont au moins 8 doivent présenter les caractéristiques susmentionnées.
La migraine chronique peut être associée à des céphalées secondaires, liées par exemple à l’abus de médicaments analgésiques.

Diagnostic

Le diagnostic de la migraine est clinique et dépend donc d’une histoire clinique détaillée et d’un examen neurologique. Les antécédents familiaux sont fréquents.

Traitement Non Pharmacologique

Dans l’approche thérapeutique, il est important d’adopter des mesures non pharmacologiques, telles que l’exercice physique régulier, le contrôle du poids et la régulation du sommeil.

L’identification des facteurs précipitants potentiels est fondamentale afin de les éviter dans la mesure du possible. Ces facteurs sont variables d’une personne à l’autre, il peut y en avoir plus d’un dans chaque cas et ils peuvent varier dans le temps.

Facteurs potentiels de précipitation de la migraine :

  • Stress excessif;
  • Manque de sommeil ou nombre excessif d’heures de sommeil;
  • Le jeûne:
  • L’alcool;
  • Changements climatiques;
  • Changements hormonaux;
  • Certains aliments : édulcorants, fromages affinés, nitrates, glutamate monosodique, caféine, entre autres…

Traitement Pharmacologique

Le traitement pharmacologique destiné aux épisodes migraineux aigus et un traitement prophylactique qui vise à prévenir et à réduire l’intensité et la fréquence des épisodes. Il existe des médicaments spécifiques pour la migraine et le type de médicament le plus approprié doit être adapté à chaque patient.

Fixez votre rendez-vous

Remplissez le formulaire et nous vous contacterons dans les 24 heures. Si vous avez des questions, nous sommes à votre disposition pour vous aider !